La magie des bains dérivatifs

April 26, 2017

Mais qu'est ce donc?

 

Prendre l'habitude de se rafraîchir le bassin au même titre que de se brosser les dents, une routine originale, non ?

Cette méthode à été revisitée par France Guillain mais son précurseur n'est autre que le célèbre docteur allemand Louis Khune.

 

Louis Khune (1835-1901)    

Version ancienne des bains dérivatifs                     

 

 

 

 

 

                                                    France Guillain

                                      Version moderne

 

 

 

 

 

 

Cette pratique a de nombreuses vertus, bien sûr elle n'agira pas de la même façon pour tout le monde.

Tout dépendra de votre niveau d'intoxication, de votre vitalité, de votre constitution... Elle agira là où vous en avez besoin.

Lors des changements de saisons, on aide son organisme à se nettoyer avec par exemple au printemps, la fameuse cure de jus de bouleau mais si vous la complétez avec les bains dérivatifs, l'effet en sera décuplé !

 


Le principe des bains dérivatifs

 

Notre température interne ne cesse d'augmenter en raison de notre mode de vie (sédentarité, vêtements trop serrés, sous vêtements synthétiques favorisant la surchauffe de la zone périnéale), causant de nombreux troubles de santé.

Lorsque l'on refroidit cette zone, on permet l'élimination des pollutions alimentaires et environnementales de l'organisme pour en améliorer le fonctionnement. Le froid stimule les fascias et permet à ces membranes élastiques de vibrer, ce processus entraine les toxines du corps vers les voies d'excrétions. C'est d'une simplicité ;-)

 

Alors comment procède-t-on ?       Gant de toilettes ou poches de gel ?

 


Les poches de gel sont plus faciles d'utilisation mais pour une réelle efficacité il faut les porter tous les jours pendant 3 heures mais pas forcément 3 heures de suite, vous pouvez porter une poche de gel le matin pendant une heure et une le soir deux heures de suite, à adapter selon votre emploi du temps.


En pratique, on place la poche de gel recouverte d'un tissu fin ou d'un Sopalin dans sa culotte, c'est froid mais supportable. Le périnée seule doit être au froid, on se couvre bien pour que le reste du corps soit au chaud. Il est préférable d'avoir deux ou trois poches de gel en avance dans son congélateur. Lorsque vous sentez que la poche se réchauffe, il faut la remplacer tout de suite afin de garder le périnée toujours bien au froid.

 


La méthode traditionnelle peut sembler un peu plus compliquée, néanmoins une fois maîtrisée, je la trouve plus efficace et moins contraignante. Si vous avez un bidet c'est l'idéal, malheureusement cet objet (un peu ringard) devient de plus en plus rare. Sinon un sceau ou une bassine avec une planchette pour s'asseoir. Le but est de refroidir le périnée avec de l'eau fraîche et un gant doux ou une éponge de mer, pour cela on fait glisser l'éponge après l'avoir trempée dans l'eau fraîche, en un geste continu en partant du pubis jusqu'à l'anus, toujours du haut vers le bas. Pratiquer dans une pièce chaude et bien couvrir le reste du corps. Lorsque l'on débute, une séance de 10mn est suffisante, par la suite on peut prolonger à 15mn jusqu'à 30mn avec l'habitude.  

 

Il est recommandé de faire une séance tous les jours au début pour voir les changements souhaités, comme par exemple, perdre du poids, retrouver une belle peau, un bon sommeil, un transit régulier, une meilleure circulation, un équilibre émotionnel... si si c'est possible :-)


Au bout d'un mois de pratique régulière, on note un réel changement, il ne faut pas pour autant arrêter mais continuer à raison d'une séance deux à trois fois par semaine.

 

Les contres indications

 


Eviter de faire un bain dérivatif pendant la digestion, lors de forte fièvre, pendant ses règles, après une opération chirurgicale récente, avec un stimulateur cardiaque.

 

Voilà à vos bidets ;-) vous m'en direz des nouvelles.

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Marie Sicot

Paris IXème

06 44 24 10 40

2017 by Marie Sicot-Sarrazin